Les Projets

Le Cimetière

Comme évoqué l’an passé, et suite à la fin de la procédure de reprise des concessions, la municipalité a consulté plusieurs entreprises susceptibles de procéder à la remise en état des concessions en état d’abandon. Il y aurait une vingtaine d’emplacements à récupérer. Cependant, au vu du coût (aux alentours de 7 000 €), nous évoquerons la possibilité d’échelonner sur plusieurs années.

La Commission chargée du Cimetière, et notamment de son aménagement, étudie actuellement la création d’un jardin du souvenir, qui permettrait aux familles de disposer d’un columbarium dans un lieu permettant de se recueillir dans la dignité.

Nous pensons également à intégrer au mieux le dépositoire dans son environnement. Plusieurs possibilités sont envisagées pour cette structure imposante mais nécessaire.

La Brigade Verte communautaire a coupé les sapinettes, côtés nord et ouest, et replantera pour stabiliser le talus.

L’Eglise

La Commission consulte, avec les conseils du conservateur des Bâtiments de France, les restaurateurs et les instances susceptibles de nous aider à financer la restauration du retable. Les travaux seront fonction des subsides obtenus.

Voirie Communautaire

L’entretien de la voirie goudronnée sera compétence de la Communauté de Communes du Val d’Adour Madirannais pour deux ans, puis l’assemblée décidera du maintien ou non, de cette compétence.

Alain CASSOU (Madiran), est vice-président délégué pour cette commission et Francis CAPMARTIN, notre délégué communal.

La voirie a été prospectée afin qu’un programme d’intervention soit établi selon les priorités, et cette année, l’entretien portera sur les chemins suivants :

 

 Chemins

Longueur

VC 3

VC 4

VC8

VC 11

VC 16

VC 17

CHARROU

PENAS

DOUILLET

PARADIS (Bas)

GAIDELÈRE

POULIT

435 m

330 m

50 m

350 m

516 m

325 m

TOTAL

 

2 006 m

 

L’entreprise HEBRAIS a été retenue pour cette campagne.

Le fleurissement du village 

Une commission a été créée pour permettre l’embellissement des espaces publics, notamment les abords de la Mairie.

La Réhabilitation de l’ancienne Mairie/École 

Début 2014, une étude de sol approfondie a confirmé que le bâtiment est situé en zone très argileuse. Cela implique que la structure du bâtiment doit être stabilisée, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur et que cela entraîne un surcoût très important, tant en gros œuvre qu’en travaux de charpente. 

Aussi, au printemps 2014, un appel d’offres a été publié. De nombreux artisans du département y ont répondu et, comme nous le craignions, le surcoût lié à la stabilisation du bâtiment s’est avéré.

Le projet pour la réhabilitation du bâtiment en deux logements T3 et une salle de réunion se chiffrerait ainsi:

 

 Travaux  323 000 €
 Architecte, frais d’études, divers  50 000 €
 TVA (à 20 %)  74 600 €
 Soit un total de  447 600 €

 

Le financement connu à ce jour :

 Subventions (Etat, Région, Parlementaires, Département) 158 310 €
 TVA (environ 16 % récupérée au bout de 2 ans) 59 680 €
 Soit un financement à prévoir (par emprunt ou autofinancement) de   229 610 €

La location des deux logements T3 est évaluée à 2 loyers mensuels 480 €/mois chacun, soit 11 520 €/an, sous réserve que ceux-ci soient loués à l’année. 

Dans ces conditions et après en avoir délibéré lors du Conseil Municipal qui s’est tenu le 10 juillet dernier, l’assemblée ne souhaite pas donner suite à ce projet. Aussi, plusieurs réunions se sont tenues avec M. BOYRIE, technicien de la DDT, et M. COUSIN, architecte afin de trouver des solutions pour pouvoir réhabiliter le bâtiment sans sur-endetter notre commune dans des proportions inconsidérées. Nous devons nous rencontrer à la rentrée. 

En parallèle, nous avons rencontré M. Jean GLAVANY qui est le Président de l’Office Public de l’Habitat du 65 afin de lui exposer nos difficultés et lui demander si, l’OPH 65 (dont une des missions est le maintien de la population en milieu rural), a la possibilité de nous aider dans ce projet. 

Nous sommes dans l’attente d’une décision.